Autres actualités

Contenu

Le moustique tigre est sous surveillance du 1er mai au 30 novembre 2018 en métropole

 

Chikungunya, dengue, zika : le moustique tigre, vecteur de ces maladies, est sous surveillance du 1er mai au 30 novembre en métropole. Le but étant de ralentir la progression de son implantation dans les départements et de limiter le risque d’importation et de circulation des virus en métropole.

L’Aedes albopictus dit « moustique tigre » est installé depuis de nombreuses années dans les territoires ultra-marins, notamment dans l’Océan Indien où il est actuellement à l’origine d’une épidémie de dengue sur l’île de La Réunion. En métropole, il s’est développé de manière significative et continue depuis 2004, et est désormais présent dans 42 départements, chiffre qui a doublé ces deux dernières années.

Sa capacité à être « vecteur » du chikungunya, de la dengue ou du zika, en fait une cible de surveillance prioritaire, pour les autorités sanitaires et leurs partenaires, durant sa période d’activité en métropole du 1er mai au 30 novembre.

Dans un contexte d’épidémie de dengue sur l’île de La Réunion et d’échanges réguliers entre ce territoire ultra-marin et la métropole, il existe un risque d’importation de ce virus de la maladie en métropole.


Des gestes simples pour éviter la prolifération des moustiques

Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples et peu contraignants, peut participer à la lutte contre la prolifération des moustiques tigre et aider à prévenir l’introduction de la dengue, du chikungunya ou du zika en métropole.

Le moustique tigre se développe surtout en zone urbaine, dans de petites quantités d’eau, et se déplace peu au cours de sa vie (100 mètres autour de son lieu de naissance).

Comment éviter la prolifération des moustiques par quelques gestes simples?
Les produits anti-moustiques (insecticides et répulsifs) ne permettant pas d’éliminer durablement les moustiques, il est nécessaire de limiter leurs lieux de ponte et de repos.

  1. Enlevez tous les objets abandonnés dans le jardin ou sur la terrasse qui peuvent servir de récipient.
  2. Videz une fois par semaine les soucoupes, vases, seaux.
  3. Remplissez les soucoupes des pots de fleurs avec du sable mouillé.
  4. Vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie (gouttières…).
  5. Entretenez votre jardin : élaguez, débroussaillez, taillez, ramassez les fruits tombés et les déchets végétaux, réduisez les sources d’humidité.
  6. Couvrez toutes les réserves d’eau à l’aide d’une moustiquaire.

Ces gestes simples réduisent efficacement le risque de présence du moustique à proximité du domicile. Ils sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques et pour protéger votre entourage.

Retrouvez le communiqué de presse du ministère de la santé ainsi que la carte d’implantation du moustique tigre : cliquez ici.


Si vous trouvez un moustique tigre :

Les autorités sanitaires telles que l’Agence régionale de santé Rhône-Alpes avec les départements et l’Entente interdépartementale Rhône-Alpes pour la démoustication, suivent avec attention l’extension de l’implantation du moustique tigre. L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. Il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Si vous pensez avoir observé un moustique tigre près de chez vous, vous pouvez le signaler sur la plateforme www.signalement-moustique.fr .

Se protéger contre les piqûres de moustique

Pour se protéger des piqûres il faut porter des vêtements longs et protéger les pieds et les chevilles. Il est également conseillé d’imprégner les vêtements avec un insecticide répulsif ; utiliser des répulsifs cutanés, ils contiennent un principe actif qui éloigne les insectes sans toutefois les tuer. Des précautions d’emploi sont à respecter, renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Informations pour les voyageurs

L’objectif étant d’éviter l’introduction et la transmission de la dengue et du chikungunya en métropole, il est rappelé : aux personnes se rendant dans des zones où circulent les virus du chikungunya et de la dengue de se protéger des piqûres de moustiques sur place, mais également à leur retour à domicile, notamment si elles sont malades ;en cas de symptômes évocateurs de chikungunya ou de dengue (maux de tête accompagnés de fièvre, douleurs ou courbatures…) survenant dans les 15 jours après le retour d’un pays où l’une de ces maladies est présente, il est recommandé de consulter sans tarder son médecin traitant.


Pour en savoir plus :

Agence régionale de santé (ARS) Rhône-Alpes :
https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/maladies-vira…

 
 

Documents associés :