Conseils à la population

Contenu

L’Etat en Drôme mobilisé dans la lutte contre les atteintes aux biens des agriculteurs

 

Le week-end des 22 et 23 novembre 2019, trois exploitations agricoles drômoises ont été la cible d’incendies probablement d’origine criminelle.

Dès le samedi 22 novembre, à la demande du préfet, les forces de l’ordre ont renforcé leurs patrouilles dans les secteurs concernés. De jour comme de nuit, les patrouilles de gendarmerie sont au contact direct des exploitants pour échanger avec eux, mais également sur le terrain dans le cadre de contrôles de flux dans les secteurs les plus touchés.

La mobilisation des services de l’État (forces de l’ordre, Direction départementale des territoires, Direction départementale de la protection des populations), en lien avec le parquet, est depuis maximale afin de lutter au mieux contre les atteintes aux biens des agriculteurs dans le département.

L’objectif prioritaire : mettre fin à la multiplication des actes de délinquance à l’encontre du monde agricole en mobilisant tous les moyens de l’État pour assurer la sécurité et la tranquillité au quotidien, même dans les territoires ruraux.

A la suite de ces incendies et des évènements des dernières semaines dans le monde agricole, la réponse de l’État et des forces de l’ordre se devait d’être forte : une cellule intégrée de lutte contre les atteintes au monde agricole, appelée Demeter 26, a été mise en place en quelques jours par le groupement départemental de Gendarmerie de la Drôme.

Le but : regrouper un maximum de compétences au sein d’une même unité (police judiciaire, renseignement, prévention et sûreté, contrôle des flux, observation/surveillance, communication…), en lien permanent avec les directeurs d’enquête des compagnies de Crest et de Romans.

En parallèle, la déclinaison des engagements pris lors de la signature de la convention de partenariat pour la sécurisation des exploitations agricoles le 3 octobre 2019 entre le préfet, le Groupement départemental de gendarmerie, la Direction départementale de la sécurité publique, la Chambre d’Agriculture, la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs et la fédération départementale de la chasse permet de pérenniser le travail quotidien entre les différents services et partenaires.

Parmi les dispositifs déjà en place, le réseau d’alerte « Vigi Agri 26 », qui contribue à la sécurité des exploitations agricoles en permettant à leurs responsables de prendre des mesures de prévention utiles et adaptées à une situation particulière.

Dès qu’un agriculteur informe la gendarmerie nationale ou la police nationale par un appel au 17 de la commission ou de la tentative de commission d’un méfait, ces dernières diffusent l’alerte par un SMS collectif qui décrit synthétiquement les faits constatés, le lieu de commission, les modes opératoires succins et le nombre potentiel d’auteurs.

La facilitation de l’accès la pré-plainte en ligne est également toujours en place : afin de faciliter les démarches des professionnels du milieu agricole et de la chasse, victimes d’atteintes aux biens contre un auteur inconnu, le recours au dispositif de la « pré-plainte en ligue » est proposé et accessible sur le site :https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr.

Il garantit au plaignant un contact dans les 24 heures pour une prise de rendez-vous et améliore les conditions d’accueil en diminuant les délais d’attente, tout en contribuant à réduire le temps nécessaire à l’enregistrement de la plainte par les militaires de la gendarmerie nationale et les fonctionnaires de la police nationale.

Cependant, cette procédure ne fait pas obstacle à un appel au 17 pour les faits nécessitant une intervention immédiate.