Contenu

Janvier 2016 : réunions d’information sur la distibution préventive d’iode autour des centrales (...)

 

Début février 2016, les personnes résidant autour des centrales nucléaires françaises recevront un courrier les invitant à retirer gratuitement leur(s) boîte(s) de comprimés d’iode stable dans les pharmacies partenaires.

 

Cette campagne vise à renouveler les comprimés d’iode distribués en 2009 et qui arrivent à péremption en 2016. Son but est également de développer la culture de « radioprotection » des riverains.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à participer aux réunions publiques, animées par la Préfecture, la Mairie et l’Autorité de Sûreté Nucléaire, organisées le :

  • le 13 janvier à 18h30 – salle Fontaine à Saint-Paul-Trois-Châteaux

  • le 19 janvier à 18h30 – salle d’animation rurale Pierre Bonnet à La Coucourde
  • le 21 janvier à 18h30 – salle polyvalente – rue Chevrière à Meysse
  • le 03 février à 18h30 – salle Brassens à Bollène

En quoi consiste cette campagne?

Une action de protection des populations

500 000 foyers et établissements recevant du public (entreprises, commerces, écoles, etc.) répartis dans 500 communes sont concernés par cette campagne. Chaque riverain résidant dans un rayon de 10 km autour d’une centrale nucléaire (zone du plan particulier d’intervention - PPI) recevra une lettre des pouvoirs publics lui permettant de retirer gratuitement sa/ses boîte(s) de comprimés d’iode dans les pharmacies participant à l’opération.
Par ailleurs, des stocks complémentaires suffisants pour couvrir les besoins de l’ensemble de la population française sont répartis sur le territoire national. Sur ordre des pouvoirs publics, ils sont susceptibles d’être distribués aux populations concernées.

L’iode stable : un moyen de protéger la thyroïde

En cas d’accident nucléaire, de l’iode radioactif pourrait être rejeté dans l’atmosphère. Inhalé ou ingéré, il pourrait accroître le risque de cancer de la thyroïde. En saturant cet organe avant le rejet, la prise de comprimés d’iode stable évite la fixation de l’iode radioactif, limitant ainsi notablement ses conséquences sanitaires. Les femmes enceintes et les jeunes doivent être protégés en priorité car la thyroïde des fœtus et des jeunes est plus sensible que celle des adultes.

Développer une culture de la "radioprotection"

Au-delà de la distribution d’iode, cette campagne a pour objectif de sensibiliser les riverains au risque nucléaire et aux moyens de s’en protéger. La population est au cœur de cette démarche, car, en dernier ressort, en cas de crise, c’est elle qui devra agir pour se protéger selon les informations reçues. Les 6 réflexes pour bien se protéger en cas d’accident nucléaire seront rappelés systématiquement à cette occasion : se mettre à l’abri rapidement dans un bâtiment en dur - se tenir informé à l’aide des médias - ne pas aller chercher ses enfants à l’école - limiter ses communications téléphoniques - ingérer le(s) comprimés d’iode sur instruction du préfet selon la posologie prescrite - se préparer à une éventuelle évacuation.

Un dispositif d’information relayé par des acteurs de terrain

Tout au long de la campagne, les personnes concernées pourront s’informer sur le site www.distribution-iode.com
ou appelant directement le numéro vert 0 800 96 00 20.

La campagne est organisée par les services de l’État, l’Autorité de sûreté nucléaire et EDF. Elle est pilotée au niveau des territoires par le préfet de la Drôme avec le concours des maires, des commissions locales d’information, des pharmaciens d’officine et des médecins libéraux des zones concernées.

Plus d’informations :
Dossier de presse sur la campagne (format pdf - 3.5 Mo - 14/01/2016)