Contenu

Décès de monsieur Jean MONIN : un grand homme nous a quittés

 

Le préfet de la Drôme a appris avec une profonde tristesse le décès de Monsieur Jean MONIN qui s’est éteint cette nuit à l’âge de 92 ans.

Le préfet de la Drôme rend hommage à cet homme de bien et adresse ses plus sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

Entré en Résistance dès l’âge de 16 ans comme agent de liaison, il avait assuré de nombreuses missions au profit du maquis des Glières. Arrêté le 24 janvier 1944 à Saint Martin Bellevue, il connut la prison d’Annecy, la prison Montluc à Lyon, le camp de transit de Royallieu-Compiègne, avant d’être déporté au camp de Mauthausen en mars 1944. Il y subira les pires traitements, endurera la maladie mais y nouera aussi d’indéfectibles amitiés avec le syndicaliste Georges SEGUY et le déporté espagnol José CERECEDA, ce qui lui permettra de toujours garder l’espoir. Jean MONIN sera libéré le 28 avril 1945 par la Croix Rouge Internationale.

Dès lors, il n’aura de cesse de témoigner et de transmettre un message de paix et de vigilance aux jeunes générations. Il accompagnera de nombreuses classes et leurs enseignants à Mauthausen, à la prison de Montluc, participera à l’organisation du Concours National de la Résistance et de la Déportation et créera les Sentiers de la mémoire à Mirmande, une randonnée mémorielle destinée aux écoliers drômois qui permet encore aujourd’hui de les sensibiliser à l’histoire du second conflit mondial.

Par sa bienveillance, par sa générosité, par son attachement aux valeurs fondamentales de la République, Monsieur Jean MONIN restera dans toutes les mémoires.

Attentif aux autres, bienveillant, généreux, Monsieur Jean MONIN fut un grand serviteur du monde combattant, un homme qui plaça au plus haut la notion de respect, un homme digne de la plus grande estime.

Jean MONIN était commandeur de la Légion d’Honneur depuis 2013.