Autres actualités

Contenu

Cérémonie commémorative du 72ème anniversaire de la Libération de la Drôme à Mirmande

 

Ce vendredi 09 septembre 2016 au mémorial de la résistance de Mirmande, Eric SPITZ, préfet de la Drôme, accompagné par de nombreux élus, a participé à l’hommage rendu aux résistants qui ont perdu la vie dans la Drôme, à l’occasion de la cérémonie commémorative du 72ème anniversaire de la Libération de la Drôme.

 

Organisée par les membres du Bureau de la Fédération des Unités des F.F.I de la Drôme et de la Mémoire de la Résistance, cette commémoration a pour but d’honorer la mémoire de ceux qui ont contribué à libérer la Drôme.

Les enfants du groupe scolaire Anne Cartier de Livron ont chanté le chant des partisans et des élèves de la classe de terminale du lycée des Catalins ont lu des poèmes, rappelant à chacun le courage de ces hommes de l’ombre qui ont participé à la libération de notre territoire.


Extraits du discours prononcé par le Préfet :

Il y a 72 ans, la France se libérait. Les débarquements des alliés en Normandie en juin 1944 puis en Provence au mois d’août sonnèrent le glas de l’occupation nazie. Pris en étau, les armées de l’occupant reculaient partout devant les assauts alliés aidés par les actions d’une Résistance, sortie de l’ombre. La libération prit encore de nombreux mois puisque la France ne fut totalement libérée qu’en mai 1945 à la chute des dernières poches de l’Atlantique.

La position stratégique du département de la Drôme dans le couloir rhodanien n’avait échappé à aucun des belligérants. Voie de retraite des armées allemandes stationnées sur les côtes méditerranéennes, ses infrastructures ferroviaires, routières avaient un intérêt stratégique majeur.

Les alliés, aidés par les FFI, tentèrent d’encercler les allemands dans le secteur de Montélimar, aidés par le sabotage du pont de Livron. Les combats y furent intenses, les pertes lourdes dans les deux camps. Les allemands perdirent beaucoup de matériel mais purent sauver une majorité de leurs troupes. Ils menèrent des combats d’arrière garde lors de leur retraite vers le Nord. Montélimar fut libérée le 29 août, Romans-sur-Isère le 30, Valence le 31. La dernière commune à être libérée fût Saint Rambert d’Albon dans la nuit du 31 août au 1er septembre.

Aujourd’hui en ce lieu de mémoire, je tiens à saluer avec une immense reconnaissance la mémoire de nos amis Alliés, Américains et Britanniques.

Au total 1515 noms, 1515 héros « ordinaires » qui consentirent le sacrifice suprême au nom de valeurs, de principes qui les animaient et les dépassaient.

L’honneur de la Drôme fut de devenir, très rapidement, c’est à dire dès 1940, un foyer de résistance.

Retrouvez l’intégralité du discours (format pdf - 153.1 ko - 09/09/2016) d’Eric SPITZ.