Contenu

Abaissement de la vitesse maximale autorisée sur l’autoroute A7 (Valence) et sur la LACRA

 
Crédit photo : Claire MATRAS

Abaissement de la vitesse maximale autorisée sur l’autoroute A7 dans la traversée de Valence et sur la partie urbanisée de la LACRA

 

En moyenne, 70 000 véhicules transitent chaque jour sur l’A7, portion valentinoise. En juillet 2015, Nicolas DARAGON, maire de Valence a demandé à Ségolène ROYAL, Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie que la portion urbaine de l’autoroute A7, qui traverse Valence, passe à 90km/h afin de préserver la santé des habitants.

Une circulaire du 24 novembre 2015 relative à la limitation de vitesse sur autoroute pour des motifs de qualité de l’air a précisé dans quelles conditions cette réduction de vitesse pouvait intervenir. Elle a notamment rappelé que cette mesure relevait de la compétence du Préfet.

Un point d’étape avec l’ensemble des acteurs et des partenaires à cette opération a été organisé en préfecture de la Drôme ce mardi 26 avril 2016.

Étaient présents ou représentés le Maire de Valence, le Maire de Bourg-Les-Valence, VINCI Autouroutes, la direction départementale des territoires, la direction interdépartementale des routes Centre Est (DIR/CE).

Cette réunion a permis d’acter les mesures suivantes :

  • Mise en œuvre d’une expérimentation d’un an à compter du 15 juin 2016 portant sur :
    • l’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur autoroute entre Valence nord et Valence sud (environ 6 km).
    • l’abaissement de la vitesse maximale autorisée de 110 km/h à 90 km/h sur la section la plus urbanisée de la LACRA : contournement de Valence par la RN7 entre la sortie d’autoroute Valence sud et la sortie hôpital.
  • le suivi de l’expérimentation par Air Rhône Alpes afin d’apprécier l’impact sur la pollution de l’air (NO2 et PM10) avec l’appui du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).

La signalisation routière sera adaptée en conséquence par le gestionnaire de voirie.

Le financement des études sur cette expérimentation est assuré par l’Etat et par la communauté d’agglomération Valence Romans sud Rhône-Alpes.

Crédit photo : Claire MATRAS