Evénements

Contenu

19 septembre 2015 : journées européennes du patrimoine

 

Retour en images

 

Retour en images sur les visites guidées du 19 septembre 2015 :

Deux visites guidées par Véronique Pugeat, Vice-présidente du Conseil départemental chargée de l’enseignement supérieur, Yves Hocde, directeur de cabinet du préfet, Pierre Sapet, conservateur départemental du patrimoine, Marie Dastarac, architecte des bâtiments de France exerçant dans le service territorial de l’architecture et du patrimoine et de M. Benoit Charenton, directeur des archives départementales ont permis à 45 personnes de découvrir la préfecture et le Conseil départemental.

Présentation du hall Descorches :

Grand salon de la préfecture et du Conseil départemental

Salle Marius Moutet du Conseil départemental

Invitation au journées du patrimoine :

Pour la huitième année consécutive la Préfecture de la Drôme et le Conseil départemental ouvrent leurs portes à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Les Journées européennes du patrimoine offrent la possibilité de sensibiliser le grand public au patrimoine. Une excellente opportunité pour le Conseil départemental et la Préfecture de valoriser sous toutes ses formes un édifice en résonance avec la thématique 2015 consacrée à « l’Architecture du 20ᵉ siècle et au patrimoine du 21ᵉ siècle ».

Construit en 1962 par Georges Goldfard et Maurice Biny le bâtiment de la préfecture et du Conseil départemental réalisé en béton armé est édifié dans un contexte de reconstruction après guerre avec une volonté de regroupement des services publics. Afin d’augmenter sa capacité d’accueil l’édifice est agrandi en 1991. En 2012, il reçoit le label du patrimoine du 20ᵉ siècle.

Deux visites guidées seront animées par la Conservation départementale du patrimoine, le Service territorial de l’architecture et du patrimoine, et les Archives départementales le :

samedi 19 septembre 2015 à 10 h 45 et 14 h 00

Les personnes intéressées sont invitées à se présenter directement devant l’entrée de la préfecture (3 boulevard Vauban à Valence) où elles seront accueillies par des représentants des services de l’État et du Département. Dans le cadre du dispositif Vigipirate, des mesures particulières seront prises avant l’entrée dans le bâtiment.

Les visites étant guidées et commentées, il est impératif de respecter les horaires de rendez-vous. Le nombre de personnes est limité à 80 par visite. La durée de chaque visite est d’une heure.

Quelques précisions historiques

Le premier préfet de la Drôme est nommé en mars 1800, en application de la loi consulaire du 17 février 1800 instaurant les préfets et les conseils généraux.

Jusqu’en 1944, la préfecture de la Drôme est implantée dans l’ancien couvent de Saint-Ruf le Haut. Détruite par les bombardements de la Libération, ses bureaux s’installent ensuite dans la cité Brunet, une ancienne caserne. Les travaux de l’actuelle préfecture débutent en 1962. Le bâtiment est édifié sur les anciens terrains militaires Chareton-Championnet. Ils ont été achetés par le Conseil général pour regrouper les services publics : Sécurité sociale, Caisse d’allocations familiales, Office HLM, mess des officiers sont implantés à proximité. L’État alloue des fonds pour le chantier, dans le cadre de la politique de reconstruction de la ville après guerre.

Le projet est signé Georges Goldfard et Maurice Biny, architecte des Bâtiments civils et palais nationaux. Ensemble architectural d’une grande sobriété, c’est l’un des édifices les plus représentatifs des années soixante à Valence. Suivant les principes architecturaux de l’époque, la structure est composée de voiles et de dalles de béton permettant de vitrer toute la façade, avec brise-soleil à l’avant.

A l’intérieur, Maurice Biny utilise beaucoup de matériaux, dont certains novateurs (imitations cuir, placage de bois) et des matériaux traditionnels comme la pierre, à laquelle il donne des effets de matière (plaques de pierres de Hauteville striées ou polies). Pour les décors et luminaires, il travaille avec l’Atelier de l’œuf, qui regroupe architectes, sculpteurs, designers, graphistes et mosaïstes et avec son frère Jacques Biny, concepteur d’éclairages, qui réalise tous les lustres.

En 1988, un concours est lancé pour l’extension les locaux devenus trop exigus. Il est remporté par la SOHRA, créée par Maurice Biny dans les années 60. L’architecte Pierre Traversier conçoit un nouveau bâtiment en courbes et contre-courbes, parti inverse du bâtiment principal. L’escalier monumental est démoli, l’entrée du public repensée.